Ma tanière… My den…

La vie de ma meute… My pack's life…

Fatigue

Poster un commentaire

Ce mois-ci ça ne va pas fort. On le met sur le compte des changements – travail, déménagement prochain, histoires de chats – mais est-ce que ce sont les raisons ou juste les déclencheurs?

Ce matin j’ai fait une insomnie et me voilà à penser travail, blog, récents événements… avec l’impression que mon cerveau – comme d’habitude – part dans tous les sens.

Je me rends compte que je suis fatiguée d’essayer de suivre.
J’ai l’impression d’être dans un moule, un contenant, qui me balade dans tous les sens. Les fenêtres sont floues, le son extérieur n’est pas très bon mais je dois arriver à communiquer et faire comme les autres.
(J’ai tellement bien écouté mes parents étant enfant que je n’arrive pas à m’autoriser de ne pas pouvoir faire pareil / aussi bien que les autres.)

Je suis fatiguée, aussi, de me mettre dans des états pas possibles quand je suis au tél avec ma mère. Je pense encore – à 28 ans – que si je ne suis pas du même avis, elle ne va plus m’aimer. (Non, je ne me mets pas la pression…)
Mais j’aimerais aussi qu’elle comprenne que ce qui est « la voie de la logique » pour elle est souvent source de stress énorme pour moi.
Parfois j’aimerais qu’au lieu de me dire qu’elle ne comprend pas comment je fonctionne – mais que oui, elle espère que je trouve un moyen de guérir – elle me regarde fonctionner ou même qu’elle en parle avec Ours. Il n’est pas meilleur qu’elle, il ne s’est juste pas bloqué sur « je n’ai jamais rien compris ». Il a lut sur le sujet – y compris des témoignages de parents ou de personnes comme moi, ce qu’elle refuse par peur de s’embrouiller le cerveau – et m’a regardé fonctionner. Mais je suis sure que si je suggère ça elle va dire qu’elle préfère parler avec mon psychiatre…

Parfois je m’en veux d’avoir toujours réussi à cacher mon « état » suffisamment au point que la psychologue pour enfant ne trouve rien à part que je ferais des fugues à l’adolescence.
Je m’en veux parce que si j’avais été moins sociale, plus autiste, je n’aurais pas l’impression que je dois sans cesse rappeler que mon cerveau, ma logique, ne fonctionne pas pareil.

Autre chose : ça serait sympa de la part des associations et autres qui parlent sur le sujet qu’on arrête d’appeler les Troubles Envahissants du Développement « autisme ». Déjà qu’ils sont invisibles, si en plus on exclut les autres TED – dont les « non-spécifiés » comme moi, qui soit disant perdent leur diagnostic à l’âge adulte d’après mon psychiatre mais pas d’après la HAS – nous devenons des oubliés. 
J’ai pas envie d’être invisible et oubliée, se battre pour faire sa place dans une société normalisante est déjà dur quand on est visible, alors n’en rajoutons pas.

Publicités

Auteur : Marie "Wolf" Bernat

Semi-nomade qui aime raconter des histoires et explorer la vie, sur le spectre autistique. Semi-nomadic who loves telling stories and exploring life, on the autism spectrum.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s