Ma tanière… My den…

La vie de ma meute… My pack's life…

Allaitement, entre autre (édité)

2 Commentaires

Alors voilà, ça a commencé à la lecture de ce récit: « Dur, dur d’être un bébé chez Mac » qui raconte comment une maman a été « mise à la porte » d’une boutique MAC à Paris pour avoir allaiter son bébé. Ceci étant dit, on lui a offert un fauteuil confortable dans une boutique Levi’s un peu plus tard – pour dire que toutes les enseignes ne réagissent pas de la même manière.

Les réactions que j’ai pu voir, dont cet article « Couvrez ce sein que je ne saurais voir : quand l’allaitement en public dérange », allaient dans le même sens:
comment l’allaitement peut-il être considéré choquant quand on voit des images de femmes en lingerie affichées dans la rue – par exemple?

Quand j’en ai parlé à ma mère, cependant, sa réaction n’a pas été la même… (oui, déjà je me suis énervée parce que je n’ai pas compris ce qu’elle voulait dire mais après, j’ai trouvé sa réflexion intéressante – mis à part le « arrêter de travailler » mais j’ai pas du comprendre son idée, vu ce qu’elle m’a dit après)

  • Le bébé en question avait moins de 3 mois et ils sont restés dans la boutique une heure et demi environs, elle estime que c’est trop pour un enfant – d’autant plus à cet âge. (Vu ma réaction d’adulte aux néons, je peux comprendre…) Donc pour elle, se servir de cet exemple discrédite le mouvement pour un allaitement accepté en public – ou plus exactement en magasin dans ce cas-là.
  • Quand on a un enfant, on ne peut plus faire tout pareil comme avant, l’idée est d’être là pour lui, s’adapter à lui et non l’inverse (suivant les contextes, on est d’accord)
  • Oui, la société doit changer mais elle s’adapte très lentement, il ne faut pas oublier que pendant un certain temps – assez long – les femmes ont été heureuses de ne plus allaiter. La société – en tant qu' »entité » – n’évoluant pas aussi vite que les individus, il va falloir être un peu patientes – ou créer des solutions à des niveaux moindre que celui de la société dans son ensemble, comme certaines (petites) entreprises qui proposent des solutions différentes. (Lunapads, au Canada, par exemple accueille les enfants des employées – et des managers – entre autre)
  • Dans une société ou les inégalités de ressources et de richesses n’existeraient pas et ou nous vivrions en réelle communauté – et où nous nous souviendrions que nous sommes tous reliés à un niveau plus subtil – le problème ne se poserait pas, ni au niveau de l’allaitement ni au niveau de pouvoir avoir une vie même en étant mère. Le problème de fond est que nous sommes dans une société ou l’humain est oublié.

Je ne veux pas rajouter à la polémique, tout simplement rassurer les copines qui m’ont vu m’enflammer sur twitter tout à l’heure.
Et pour le coups de la chambre, elle voulait dire que je vois la vie à travers le net, donc ce qui m’intéresse/avec un filtre, et non pas ce qui se passe dehors tous les jours.

Edit: je voudrais vous renvoyer vers l’article « L’allaitement en public » de la poule pondeuse, sur le thème plus général derrière cet exemple spécifique.

Edit 2: grâce à un commentaire de l’article de la poule pondeuse, voici un texte expliquant ce que dit la loi sur l’allaitement en public : Allaitement et droit pénal : la licéité de l’allaitement dit en public

Edit 3: l’article « L’allaitement hors de chez soi… » du blog MamaNana – marque de vêtements de grossesse et allaitement

Publicités

Auteur : Marie "Wolf" Bernat

Semi-nomade qui aime raconter des histoires et explorer la vie, sur le spectre autistique. Semi-nomadic who loves telling stories and exploring life, on the autism spectrum.

2 réflexions sur “Allaitement, entre autre (édité)

  1. Bonjour,
    Je voudrais dire, ce qui est déjà dit dans les commentaires sur notre blog, qu’en l’espèce il n’était pas du tout question d’une boutique à néons et musique tonitruante, mais d’une boutique au rez-de-chaussée, munie de larges baies vitrées, éclairée à la lumière du jour, sans musique, sans odeurs agressives (ce n’est pas une parfumerie, les produits sont sans parfum), et où les clients étaient rares (pas plus de deux à la fois en dehors de nous). Rien à voir avec l’ambiance survoltée d’un centre commercial.

    Sur l’aspect « quand on a des enfants, on ne peut plus tout faire comme avant », il y aurait beaucoup à dire. Bien sûr qu’on s’adapte à eux, qu’on choisit les endroits, mais est-ce que pour autant on doit rester cloîtrée chez soi? Passer une heure et demie dans un endroit (calme, je le répète), c’est trop? Que peut-on faire hors de chez soi en moins d’une heure et demie? Et c’est quand même curieux qu’on (on=beaucoup de gens, je ne parle pas de votre mère!) dise aux mères que c’est normal de rester enfermées chez elles puisqu’elles ont un bébé, alors que dans le même temps on leur explique qu’il est grand temps de metre leur bébé à la crèche pour le sociabiliser (si si, à 2 mois!) et que de toute façon l’heure est venue pour elles de retourner au boulot. Il y a comme une incohérence. Soit le bébé a besoin de rester au calme tout le temps et on ne peut pas sortir avec (sauf au parc 20 minutes), soit il est prêt pour passer ses journées dans une collectivité pleine de cris, sans sa mère.
    Ou alors, la vérité est tout simplement ailleurs: le bébé a besoin d’être avec sa mère, et de l’accompagner dans ses activités, qui seront adaptées en fonction de ses besoins: on évitera la plongée sous-marine, les boîtes de nuit, les ateliers de métallurgie, par exemple, tout en se permettant d’aller faire les boutiques (pas celles qui se prennent pour des boîtes de nuit!), d’aller à la bibliothèque, au musée ou au restaurant, pour le bon équilibre de tout le monde. Non?

    • Merci de votre commentaire.

      Ma mère a eu un enfant hyper-sensible -autiste- et donc n’aurait même pas pu l’emmener dans une boutique comme celle-là. Cela affecte déjà son point de vue je pense.
      Ensuite, je crois que l’âge l’a choquée – ceci dit, que penserait-elle de le mettre en crèche à 2 mois? Je ne crois pas qu’elle serait pour non plus. (D’ailleurs je parie que les gens qui conseillent de passer le plus de temps avec son enfant et au calme ne sont pas ceux qui conseillent de reprendre le travail si tôt)

      Je n’ai pas d’enfants et pour moi, un bébé de 3 mois me semble tellement petit que j’ai du mal à imaginer ce que je me sentirais de faire ou pas avec lui.
      Je suis d’accord avec vous, un enfant a avant tout besoin de sa mère. Mais on peut peut être (je ne sais pas) laisser son enfant une heure ou deux à son père, une grand-mère etc. pour aller faire des activités qu’on ne ferait pas avec lui ? Je pense que c’est ce qu’elle suggèrerait, au lieu d’aller dans une boutique – ou plusieurs – avec son bébé. Ceci dit, chacune fait comme elle le sent, ni tous les bébés ni les situations ne sont pareils après tout.

      (Ma mère parle surtout d’un point de vue énergétique et je sais bien que tous ne s’y intéressent pas.)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s