Ma tanière… My den…

La vie de ma meute… My pack's life…

Facebook & dopamine

2 Commentaires

L’article est en anglais – English article
How Facebook (FB) is Altering Your Mind

Dans les films/jeux vidéo etc. on utilise des « jolts/min. » pour stimuler le cerveau et garder les gens attentifs.
Internet aussi, en se basant sur l’idée que l’on aime chercher plus qu’avoir notre recherche satisfaite.
Ça favorise la production de dopamine et on devient addict aux « shots » de dopamine, donc on passe de plus en plus de temps sur les réseaux sociaux.
Mais ils ont un effet négatif sur notre estime de soi par exemple – à cause de la comparaison avec les autres, des pubs etc. Donc on est accro mais on se sent mal.
Super, hein?

Internet and TV work the same to keep your attention: jolts/min. (or seconds now) that create shots of dopamine.
You become addicted to dopamine, you come back for more.
Except that FB/twitter etc. tend to bring your self-esteem down – due to comparing oneself with others for exemple.
So you’re addict but feeling down.
Nice, eh?

Publicités

Auteur : Marie "Wolf" Bernat

Semi-nomade qui aime raconter des histoires et explorer la vie, sur le spectre autistique. Semi-nomadic who loves telling stories and exploring life, on the autism spectrum.

2 réflexions sur “Facebook & dopamine

  1. D’après ce que j’ai lu, un « JOLT », c’est un moment d’intensité « émotive » fort. Comme un truc qui fait rire, peur, de la peine ou du plaisir subitement. La télé en est riche, puisque c’est ce que le téléspectateur recherche. Plus il y en a, plus, a priori (mais j’en doute, au bout d’un certain temps, on doit saturer !), on regarde, on est captivé.
    Evidemment, Facebook et Twitter, et les mises à jour permanentes des statuts des amis, et personnes que l’on suit, sont sans doute très riches en « JOLT ».
    Mais à ce titre là, une pièce de Molière, ou de shakespeare, riches en rebondissement, gags, quiproquos, sont sans doute aussi addictives que la meilleure émission de télé, ou le meilleur des réseaux sociaux.
    Pour moi, cet article en anglais est juste alarmiste, utilise des arguments pseudo-médicaux pour expliquer combien les réseaux sociaux et internet, C’EST LE MAL. Alors qu’utiliser internet intelligemment, et peut être de façon « raisonnable », c’est simplement s’ouvrir un peu plus aux autres, et rencontrer des personnes qu’on aurait sans doute jamais fréquenté… N’est-ce pas Marie ? 😉

    • Merci d’avoir expliquer tout ça!
      Alors, oui, c’est super.. mais quand je passe mon temps à « rafraichir » mes réseaux sociaux, je me sens comme une accro.
      Du coup, je comprends aussi ce qui est dit dans l’article.
      Je pense que c’est quelque chose à prendre en compte quand on est sensible.
      Quand je passe ma journée sur l’ordi devant mes onglets FB et Twitter, je me sens triste après, parce que je ne me suis pas vraiment remplie.
      En même temps, j’ai aussi besoin de ces réseaux sociaux pour palier à ma solitude.
      Le tout, je crois, c’est de trouver un équilibre.
      Aller au théâtre ou au cinéma comportent moins de risques: la pièce, le film, finit, on rentre chez soi.
      Les réseaux sociaux, les recherches, la tv sont disponibles tout le temps… d’où un risque de s’en servir pour pallier à un manque profond – que l’on pourrait tout aussi bien remplir autrement.
      Donc, tout est dans le mot « raisonnable ».
      Trouver l’équilibre, une quête de chaque instant!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s